Mes premiers singles


Parmi mes pochettes de disques préférées extraites
de ma collection :

L'arrivée du 45 tours SP (single) à deux chansons
marque la fin des années soixante

Ces galeries reprennent les photos publiées chaque 1er du mois dans la rubrique "scans du mois".

Cliquer sur chaque photo pour agrandir l'image.
;

Je n'ai connu en tant qu'acheteur que les derniers 45 tours EP. L'apogée du courant pop coïncida avec la fin des super 45 tours remplacés par les 45 tours singles ou SP. Ces nouveaux disques cohabitèrent un temps avec les EP puis se généralisèrent. À quelques exceptions près les pochettes devinrent progressivement quasi-uniformément en papier d'où un relatif désintérêt de la part des collectionneurs... Il me semble que ces SP « fin des sixties » sont un peu injustement oubliés... Je vais donc ci-dessous en évoquer quelques-uns qui sont pour moi porteurs de beaucoup de nostalgie... Les premiers SP que j'ai achetés...Fidèle à l'esprit de mon site plus que de d'évoquer l'aspect musical pur, d'autres l'ont très bien fait, je vais évoquer dans mes commentaires quelques souvenirs liés aux motivations d'achat de ces disques.

THE BEACH BOYS
1/Je possédais (et possède toujours) plusieurs EP des Garçons de plage. Brutalement, en mars 1966 ils sortirent un morceau atypique et révolutionnaire "Good vibrations". Le succès phénoménal de ce titre était mérité et qui plus est il sortit sur un nouveau support, le 45 tours à deux chansons, qui commença à remplacer les super 45 tours. Ce fut mon premier SP et cet achat était plus que judicieux !

2/Après "Good vibrations" en août 1967 j'achetais "Heroes and villains" qui eut beaucoup moins de succès mais dont j'appréciais particulièrement la performance vocale. Ce morceau n'eut pas de toute évidence le succès qu'il méritait, ce que pense sans doute Brian Wilson qui vient de le reprendre dans son tout nouvel album.

3/"Wild honey"... là je dois dire que c'était plus le réflexe de fan que l'intérêt du morceau qui me fit acheter ce SP en décembre 1967. Mais avec le temps, malgré leur fragilité, ces trois singles sont porteurs pour moi d'une immense dose de nostalgie qui, comme c'est souvent le cas n'a rien à voir avec la cotation...

ÉRIC BURDON AND THE ANIMALS
1/Les Animals, c'était quelque chose... Après bien sûr leur adaptation de "The house of the rising sun" dont j'avais acheté le EP (d'occasion !) See see rider (acheté neuf) et bien d'autres titres que j'aurais bien aimé me payer si j'en avais eu les moyens en cette fin de la période sixties ils ont réapparu sous forme de singles. J'achetais tout d'abord "Monterey" inspiré bien sûr du festival du même nom. À noter que ce SP est un disque « promotion » que les Nouvelles Galeries remettaient sans vergogne en vente malgré l'interdiction à la commercialisation mentionnée sur le disque

2/Sky pilot... Ce long morceau fabuleux coupé en deux me fit encore plus regretter les EP qui eux permettaient de mettre de tels enregistrements sur une seule face.

3/Cette adaptation très originale du hit qui lança Ike and Tina Turner (et Phil Spector) me motiva pour acheter ce "River deep mountain high"

4/Curieux également ce "San Franciscan nights" avec cette évocation du Flower power qui semblait loin des influences des Animals... Pourtant le résultat est plus que crédible.

The JIMI HENDRIX EXPERIENCE
1/De même que pour les Beach Boys j'ai « débuté » Hendrix par quelques EP. Sa musique devint encore plus psychédélique au même moment où sa diffusion changea de support. Cette série de SP fit mon régal en cette fin des années soixante, faute de pouvoir me payer les somptueux albums de Jimi. Le grand magasin où j'ai acheté ce « Foxy lady » (je préférais le back-side « Bold as love ») avait semble-t-il l'habitude de revendre illégalement les disques promo qu'il recevait c'est le cas de celui-ci (« disque réservé à la promotion, interdit à la vente ») Pour ces disques ne me parlez pas de cotation, surtout pas d'échange ou de vente, on entre dans le culte, le sacré, le hors-norme, dans mon échelle de nostalgie... En clair pour moi ils n'ont pas de prix !

2/Ce deuxième SP fut acheté quasiment dans la foulée du premier, mes finances devaient être au beau fixe.

3/Ce dernier fut acheté bien plus tard, au début 1970 me semble-t-il, décidément, comme ses prédécesseurs l'album « Électric Ladyland » » était hors de portée de ma bourse.

The ROLLING STONES
1/Question singles, avec les Stones on était gâtés, du moins au niveau des pochettes qui conservaient cet aspect glacé qui nous faisait tant regretter les EP. J'achetais "Have you seen..." en octobre 1966. Le son déchirant et discordant était absolument provocateur dans le contexte musical de l'époque on était en plein dans « l'esprit » Stones et c'est cela qui me plaisait à l'époque... la provocation.

2/Let's spend the night together... Toujours la provocation ! Sur les Juke boxes de l'époque ça crachait grave... On avait l'impression d'être dans un Boeing au décollage...

3/« We love you »... L'arrestation de Jagger nous apparaissait, avec notre "niveau" politique de l'époque, comme une intolérable agression... Les Beatles aux vocaux « par solidarité » gnement, un « mouvement contestataire » semblait naître... L'année 68 me fit découvrir le sens d'un vrai engagement, pour de vraies causes...

4/En ce temps là tout changeait sans arrêt. Tournant le dos au style de musique qui fit leur succès les Stones se mirent à réaliser un album "psychedélique" avec le temps le résultat est assez intéressant à écouter mais ils revinrent heureusement au rock après la disparition de Brian Jones.

Plan du site Vinylmaniaque.com

ACCUEIL Vinylmaniaque.com

U-main Stat mesure d'audience, compteur de visite