vinylmaniaque.com
. Récapitulatif de l'ensemble des parutions de la rubrique « "Histoires" de disques »

. Récapitulatif de l'ensemble des parutions de la rubrique « Nostalgie des années soixante »

.

Nostalgie sixties (août 2017)...

Pas de mise à jour de cette page-édito
avant le 1er octobre 2017...
webmaster temporairement en vadrouille...

Des vinyles aux Dinky Toys

De nouveaux jouets anciens auxquels je n'ai pu résister. Comme tous ceux évoqués précédemment, ils sont porteurs pour moi de souvenirs à des niveaux divers.

D'habiles amateurs (en général) essaient, notamment au niveau de la peinture de corriger certaines stigmates du passé... Vous pouvez le distinguer sur certains modèles que je présente. Cela ne me pose pas de problème majeur si c'est discret et fait correctement. C'est aussi une preuve de passion de passer tant de temps sur ces petits objets, quelle patience...

Et puis, comme pour les vinyles, il y a les "intégristes du Dinky toys" qui eux ne tolèrent que des originaux en état parfait et sans retouches... (avec une boîte d'origine parfaite bien entendu). Des choses très rares donc et chères, normalement on tourne autour d'un minimum de 100 euros pour ce genre de petites voitures et bien au-delà...

Je l'ai déjà écrit, pour moi les Dinky toys de mes souvenirs étaient "marquées" par notre utilisation intensive... Donc cela ne me pose pas de problème qu'elles ne soient pas dans un état parfait... L'aspect financier ne peut être également occulté, je ne suis pas hypocrite...

Première photo : Tracteur Unic et remorque porte-voitures Boilot Dinky Toys, référence 39 A (1960)

J'ai possédé ce gros jouet durant mes jeunes années... Il est encore relativement répandu ce qui explique le prix tournant à plus de 100 euros pour un modèle en bon état avec sa boîte. En terme de rapport taille-agrément/prix on n'est pas perdant à mon avis par rapport aux tarifs moyens d'autres Dinkys équivalents en taille.

Seconde photo : Coupé Renault Floride Dinky Toys 543 (1963)

La Floride est une déclinaison de la célèbre Dauphine Renault version coupé et cabriolet. Elle était initialement destinée au marché américain. Ce fut un échec aux USA. Elle se vendit finalement en France et eut un succès moyen. Les baby boomers ont en mémoire cette voiture, utilisée par ceux "qui voulaient avoir l'air sans en avoir tout à fait les moyens"... Un concept automobile qui existe toujours de nos jours, je ne citerai pas les véhicules actuels répondant à ces critères...

Troisième photo : Tracteur Massey Harrys Dinky Toys, England (1967) et remorque  Halesowen farm trailer, référence 320,  England (1967)

Cet ensemble anglais m'a plu ains, dans son jus comme on dit. Le matériel agricole n'est pas fréquent en Dinky toys. De plus l'échelle plus importante le rend original à mes yeux.

Cinquième et sixième photos : coupé Honda S 800 Dinky Toys, référence 1408 (1969)

Encore une photo de voiture "frime" période sixties. (voir la page que j'ai consacrée à ce sujet)

Je rêvais de parader au volant de cette voiture-jouet grandeur nature des années soixante devenue jouet Dinky toys en 1969. De nos jours on n'en voit guère chez les collectionneurs de voitures anciennes. Je suppose que la fragilité mécanique explique qu'il y a peu d'exemplaires encore en état... Il s'agissait des toutes premières voitures Honda vendues en France.

Editorial Août 2017

Bonjour à tous,

Je viens d'être contacté par un nouveau propriétaire de Juke-box en quête de singles sixties (45 tours à deux chansons)... Cela m'a fait réaliser que ce n'est pas si facile si on considère que les 45 tours vendus en masse étaient à quatre chansons (EPs).

Pas facile d'abord pour avoir des originaux en bon état. Ils étaient en général mal protégés par de fragiles pochettes papier (certaines dites "génériques" avec juste le label du disque, le trou permettant de lire le titre du morceau), d'autres illustrant le contenu. En revanche, en plus de l'état, l'aspect moins esthétique de ces disques par rapport aux belles photos sur pochettes glacées des EP permet souvent de les acheter à très bas prix. Cependant lorsqu'ils sont (très exceptionnellement) en bon état et avec certains titres et interprètes il peuvent avoir des cotations élevées. (Ex. une galerie du site sur les singles sixties pop-rock)

On sait qu'à partir de la fin des sixties les singles ont détrôné les EPs... Donc si on n'est pas trop exigeant au niveau de l'authenticité il existe des rééditions de grands tubes des années soixante sur singles... éditées durant les années 70-80... Mais bon, ce ne sont plus des originaux mais souvent ils craquent moins ! On peut aussi, techniquement parlant mettre un EP sur un juke-box mais là on entre vraiment dans le sacrilège...

Plusieurs visiteurs du site m'ayant déclaré "faire revivre" des juke-box il semblerait que cette démarche se développe, toutes proportions gardées bien entendu, vu la place nécessaire pour ce type d'engin qui m'en prive personnellement...

Pour ma part j'ai surtout du regret de ne pas posséder un ou des vieux billards électriques des années soixante. Ils avaient eux aussi un look et surtout un son bien spécifique. L'absence d'électronique, les décorations spécifiques me les rendent irrésistibles. Je ne dois pas être le seul vu les écarts semble-t-il de prix de vente avec leurs successeurs plus récents. J'en ai passé du temps (et de l'argent) à secouer plus ou moins rageusement ces "bintz" comme on les appelait dans mon coin. " Cloc, rrrrrrrrr, Ding... ding... dingdingding " et parfois "clac" suivi d'un "ouais" en cas de partie gratuite, que de souvenirs... Sans parler du fond sonore genre "Pinball wizard" du juke-box crachant en arrière plan, du bruit de baby-foot, je sais j'ai déjà écrit sur le site des trucs dans ce genre...

Je suis également régulièrement sollicité pour l'estimation spécifique du double album "The Beatles" dit "double blanc" dans son pressage original français sixties. Cela m'amène à m'interroger. Ce disque n'est-il pas beaucoup plus répandu qu'on l'imagine, donc sa cotation est-elle justifiée ?

Les cotations en effet dépendant de la quantité disponible du disque concerné... Et aussi de l'importance de la demande relative à ce dernier... On voit qu'on est tout de même dans le subjectif. Exemple un vinyle tiré dans un grand nombre d'exemplaires (mettons un album des Beatles...) mais dont la demande actuelle est encore plus importante. Autre exemple contraire, un disque hyper rare mais que personne ou presque ne recherche...

Mais rien n'est simple... Certains marchands, ayant acheté le disque précédent pour presque rien tentent dans ce cas ce que je nomme "l'effet bingo"... Il le vendent tout de même avec un prix élevé. Ils spéculent sur le fait qu'un jour (mais quand...) une personne qui par exemple connait un musicien, etc. sera prête à payer le prix...

Bon, je vois que mes élucubrations vinylistiques deviennent un peu trop volumineuses. Je les interrompt donc pour vous permettre de profiter de l'été, qui commence à se terminer, si... si...

Amitiés vinylmaniaques,

SERGE