vinylmaniaque.com
. Récapitulatif de l'ensemble des parutions de la rubrique « "Histoires" de disques »

. Récapitulatif de l'ensemble des parutions de la rubrique « Nostalgie des années soixante »

.

Nostalgie sixties : "Pilote" n° 530

01/08/2018

Tous les mois je vous présente des photos autour d'une thématique.
Cette rubrique sera récapitulée sur une série de pages du sites au fur et à mesure des publications.. Cliquer sur les images pour les visionner en meilleure définition
On va soit les retrouver dans la rubrique "Histoires de disques" soit dans la rubrique "Nostalgie sixties". (Voir le plan du site sur la page d'accueil)

Cet hebdomadaire (à l'époque) "pour les enfants" j'y étais abonné depuis le début des années soixante. Quelle chance que mes grands parents aient eu l'idée de m'offrir un abonnement à ce journal ! J'aurais pu tomber sur "Spirou" ou "Tintin" voire "Mickey" bien moins intéressants à mon avis.

Ce journal, on le sait, grâce notamment à son légendaire directeur de publication, Roger Goscinny, a eu un rôle majeur sur l'évolution de la bande dessinée d'expression française. Sans entrer dans le détail des prestigieux auteurs qui ont débuté et participé à l'illustration et la rédaction de "Pilote" je vous propose un arrêt sur images autour de ce numéro 530.

La mise en pages, le format, commencent à évoluer vers le modernisme qui va aboutir à la valorisation, reconnaissance, du "huitième art" au-delà des dessins pour enfants. Achille Talon a droit à la une (ph. 1). Le personnage atypique pour l'époque de Greg avait beaucoup de succès. Alexis, pour cette nouvelle année 1970, propose une galerie de la rédaction de "Pilote" (ph. 2). On peut parler de "dream team" pour la BD, quel éditeur ne rêverait-il pas d'un tel "plateau". Je laisse les amateurs de phylactères le soin d'identifier les personnages représentés.










En pages 6 et 7 de ce Pilote on découvre une double page d'un dessinateur pas très connu (à l'époque) Reiser... Bien entendu c'est moins hard que dans le futur "Hara Kiri Hebdo" et "Charlie Hebdo"... mais on découvre déjà ce style inimitable et que j'adore toujours (ph. 3). Les pages qui suivent, ce n'est presque que de la BD, une différence fondamentale par rapport à l'ancien "Pilote". Les articles "écrits" avaient jadis une place bien plus importante. La parodie, voire critique fleurte parfois avec le politique... Parmi cette kyrielle de jeunes auteurs ont peut noter également Gébé (ph.4), Giraud... Ces illustrations, histoires complètes sur une ou deux pages, voire plus, sont de véritables collectors car n'existant souvent que sur Pilote.

Il y avait également de nombreuses histoires "à suivre". Lucky Luke était encore dessiné par Morris. Philémon de Fred à droit à une double page. Pichard, Mezieres, Bretécher sont des noms qui m'interpellent particulièrement au fil des pages... On arrive au Grand Duduche du non moins grand Cabu (ph. 5) Et Astérix ? La star du journal annonce la prochaine sortie de "La Zizanie" en feuilleton sur "Pilote". Là encore Goscinny et Uderzo font toujours équipe. La maladie pour les uns, l'âge, et une bande d'assassins ignobles ont hélas fait basculer la plupart des personnes évoquées dans "le cercle des dessinateurs-auteurs de bd disparus"...

"Pilote" va ensuite ressembler de plus en plus aux autres mensuels spécialisés bande dessinée, qui ne sont plus pour enfants. Il va devenir mensuel, histoire de coller aux basques de "Charlie mensuel" et finalement disparaître...

Restent ces quatre gros cartons dans mon grenier. "Mes" Pilote... De temps en temps j'en sors quelques exemplaires, les relis. Je me propose de temps en temps, comme aujourd'hui, d'essayer de vous faire partager mes sentiments nostalgiques. Après la musique pop-rock, ce "huitième art" en évolution constante, anticonformiste, novateur, est une expression culturelle des années soixante qui a marqué notre société, jusqu'à nos jours. La bande dessinée "en français" a son histoire et c'est avant tout "Pilote" qui nous la raconte...

.
Éditorial — Août 2018

.

Ce mois-ci exceptionnellement, je focalise sur les publications papier... D'abord avec la publication de mon livre, présenté sur la page d'accueil. Ensuite j'ai mis en ligne une page consacrée à Battler Britton, héros de la BD "grand public" des années soixante. Ci-dessus j'évoque "Pilote"... La lecture "papier" est un peu remise en cause par la toute puissante informatique... Il me semble pourtant que ce support médiatique est irremplaçable (d'où mon aventure en éditant un bouquin...)

Je reviens donc tout de même sur les disques pour aborder un sujet que tout vinylmaniaque doit affronter : l'occasion manquée. Ainsi, lors du sympathique vide-greniers du port de Meschers (17) je me suis trouvé face à une pièce rare... Le 30 cm Odeon OSX 222, dit "Beatles 1963", un vrai collector. Le premier LP français des Fab Four était proposé par un petit marchand spécialisé "vinyles". Il en demandait 50 euros, la pièce semblait avoisiner l'état VG++, soit pour faire simple une cotation d'environ 200 euros (en MINT cela tourne autour de 300 euros). Et bien je ne l'ai pas acheté, si si... En fait nous étions à pied, en train de faire une longue balade le long de la côte... La rencontre avec le vide-greniers n'était pas prévue. J'ai craint d'abîmer le disque dans mon petit sac à dos déjà plein, le tordre, voire lui faire subir les dégâts liés à l'exposition à la forte chaleur pendant plusieurs heures... Maintenant, bien entendu, je regrette...

Le plus souvent "l'occasion manquée" c'est lorsque je trouve un "filon". En fait un lot de choses intéressantes chez le même vendeur voire avec plusieurs marchands successifs... Certes il faut sortir des sous, certes la sacoche se remplit de vinyles... Je décide alors trop souvent d'arrêter les frais, j'ai de quoi écouter... Grosse erreur car des bonnes affaires ce n'est pas tous les jours, il vaut mieux, si c'est vraiment intéressant, acheter un maximum, quitte à se restreindre plus tard... Un sorte de culpabilité face à l'amassement de disques me freine ainsi parfois.

Je suppose que vous aussi affrontez des situations similaires. Acheter n'est pas un acte anodin. Il faut une certaine concentration, certains jours nous sommes plus lucides que d'autres. Mais on peut se consoler en se disant que ces affaires qu'on laisse derrière nous un amateur en profitera à son tour. C'est ce que je vous souhaite, tomber sur un "filon", c'est déjà une bonne chose en soi.

Amitiés vinylmaniaques,

SERGE

Estimation gratuite de vos disques vinyle

Cotations en ligne de 8 000 disques vinyle
(Mise à jour le 28 août 2011)

Autopsie d'un vinylmaniaque

Listing de plus de 4000 disques de ma collection

Réponses aux questions que vous me posez
sur la collection de disques vinyle

135 galeries de photos de pochettes de disques
(certaines avec les cotations)

Mes mythes sixties

La pêche au vinyle (fichier PDF)

Histoires de disques  / Éditorial

Ressemblances musicales ou plagiats ?

Lectures pour vinylmaniaques (Livres et brochures)

Annuaire Vinylmaniaque.com  sites dans
l'esprit du site, consommables, pochettes plastique,
saphirs, vente vinyles, musique sixties pop, rock, chanson...

Vente de disques de particuliers à particuliers

"Histoires" de disques...

Vinylmaniaque.com : audience

Vinylmaniaque.com :dans la presse, médias


NOSTALGIE DES ANNEES SOIXANTE
Galerie de meubles miniature

Plan du site