Vinylmaniaque.com
. Récapitulatif de l'ensemble des parutions de la rubrique « "Histoires" de disques »

. Récapitulatif de l'ensemble des parutions de la rubrique « Nostalgie des années soixante »

.

Les disques qui me manquent le plus...
et que j'espère posséder un jour...

"Wanted list" (1-03-2011)

Cliquer sur chaque photo pour agrandir l'image.
(*) Cotations pour un disque en état neuf parfait (voir à propos des cotations)

Contrairement aux disques présentés habituellement sur ces galeries, les photos de ces vinyles ont été récupérées ici ou là, ce qui explique la qualité et le format disparate des photos....
L'ordre des vinyles correspond celui de mes préférences et ne tient donc pas compte de la chronologie.

Ces vinyles ont pour moi un pouvoir émotionnel particulièrement fort... Malheureusement ils ne sont pas faciles à dénicher, même si certaines cotations restent abordables. Mais je ne suis pas pressé, pour moi les artistes et les événements, époques, qu'ils symbolisent sont toujours présents.Voici donc cette galerie de " mes vinyles de rêve" disques donc que j'aimerais posséder... mais qui sait un jour peut-être ? Les styles musicaux vont dans tous les sens, les motivations sont différentes... Seule ma nostalgie les rassemble.

Disque des Beatles "Please Please Me" 1. – The Beatles : "Please Please Me" (33 tours 30 cm)
Parlophone PCS 3042 (1963) 3700 euros*

C'est le TOUT PREMIER album des Beatles, la TOUTE PREMIERE VERSION ANGLAISE, tout s'explique. Il est suivi de tout une série de versions différentes avec défauts d'aspects, changements de logos, une jungle à défricher pour établir les cotations. Bien entendu je me contenterai éventuellement d'une version ultérieure (déjà très cotées) mais il est question de rêve sur cette rubrique !

Disque de Boris Vian "Chansons possibles et impossibles" 2. – Boris Vian : "Chansons possibles et impossibles"
(33 tours 25 cm)

Philips 76042 (1956) 500 euros*

Boris symbolise l'éclosion artistique dite Rive gauche de l'après-guerre. Son avant-gardisme, la multiplicité de ses talents, en font un personnage qui, à lui seul, symbolise toute une époque. Ce 33 tours 25 cm fut tiré à... 500 exemplaires, cela illustre le côté underground de son style de chansons à l'époque. "Le déserteur", chanson considérée comme une des chansons pacifistes la plus connue dans le monde à elle seule crée l'événement pour sa première version enregistrée. Pour moi, posséder un tel objet c'est finalement pouvoir toucher une sorte de concentré, premier pressage de toute cette époque, berceau de la grande chanson française.

Disque "Barbara à l'Ecluse" 3. – Barbara : "Barbara à l'Ecluse" (33 tours 25 cm)
La Voix de son Maître FDLP 1079 (1959) 300 euros*

Barbara je l'ai découverte tardivement, pris que j'étais par les sons "hendrixiens" et "stoniens", mais quelle découverte, quels textes... En possèdant cette chose on peut l'imaginer dans ce minuscule cabaret de trente places, galérant devant des clients parfois distraits, avant d'exploser sur les plus grandes scènes. La cotation a grimpé depuis dix ans de façon assez spectaculaire, d'autres semble-t-il s'interessent comme moi à Barbara sur le tard...

Disque de Marianne Faithfull "A bientôt nous deux" 4. – Marianne Faithfull : "A bientôt nous deux"
(45 tours EP)

Decca 457 094 (1966) 180 euros*

Cette version française du "Summer Nights" de Marianne, plus facile à dénicher en british est en lien direct avec mes premiers fantasmes d'ado. Ces "Nuits d'été" qu'évoquait Marianne d'une voix sensuelle sûr que j'aurais aimer les passer avec elle, même si je n'étais pas encore assez compétent à l'époque pour passer du rêve à la réalité ! Là encore je n'ai jamais réécoutée la version française depuis les sixties...

Disque "Les Beatles 65" 5. – The Beatles : "Les Beatles 65" (33 tours 30 cm)
Odéon OSX 228 (1965) 1 400 euros*

Version française de l'original "Beatles for sale" pochette très originale qui ne resta pas longtemps au catalogue pour raison de changement de label. La pochette est sophistiquée, photo du groupe coulissant dans une pochette percée d'un grand trou circulaire. Cette série originale des premiers lps français des Beatles, Odéon OSX, pour moi c'est l'équivalent pour un archéologue à la Vallée des rois... une succession de merveilles "vinylistiques", les débuts des Beatles en France...

Disque de Dominique Grange "La pègre" 6. – Dominique Grange : "La pègre" (45 tours EP)
Autoproduction 17189 (1968) 45 euros*

Mai 68... Écouter surtout « Les nouveaux partisans » hymne de la Gauche prolétarienne, et le très connu « À bas l’État policier » chanté sur les barricades sur l’air de "Heili Heilo", ainsi que « La pègre »... Voici LE disque typique sur ce sujet, cette actrice des « événements » militante anarchiste passionnée nous les hurle, on a l’impression d’entendre les cris, les explosions de grenades, point d’images et métaphores romantiques, les mots sont crus, violents, on est dans l’action !. Le graphisme de la pochette concourt à cette véritable remontée dans le temps, on y est vraiment ! Toute sa vie Dominique Grange est restée fidèle à ses idéaux anarchistes et contestataires. Elle est la compagne du dessinateur de BD Tardi. Depuis la mise en ligne de cette page j'ai enfin pu le dénicher !

Premier disque de Serge Gainsbourg "Du sang à la une" 7. – Serge Gainsbourg : "Du Chant à la Une"
(33 tours 25 cm)

Philips 76447 (1958) 500 euros*

Tout simplement le premier vinyle de Gainsbourg, témoin de l'époque où seuls quelques amateurs reconnaissaient son talent. De nombreux fac similés à partir de 1980...

Disque d'Elsa Leroy "Comment fais-tu ?" 8. – Elsa Leroy : "Comment fais-tu ?" (45 tours EP)
DiscAZ 1032 (1966) 50 euros*

Ne vous fiez pas à la mention "Mademoiselle Age Tendre" sur la pochette, on est dans le style, même si l'interprète est féminine, d'Antoine et des Problèmes, période "Elucubrations"... L'intérêt de ce disque pour moi est une chanson, restée dans mes souvenirs malgré sa diffusion restreinte : "Comment fais-tu ?" et son refrain "Ne t'approches pas de moi ahhh ahhhh ahhhh" des plus inconvenants pour l'époque. Je ne l'ai jamais réentendu depuis cinquante ans et pourtant cette petite musique me trotte toujours dans la tête...

Disque de Valérie Lagrange "Ce que je suis" 9. – Valérie Lagrange : "Ce que je suis" (45 tours EP)
Philips 437 240 (1966) 40 euros*

Une autre chanson confidentielle de Valérie Lagrange dont ma mémoire ne peut se défaire des dizaines d'années plus tard...

Disque de Pussy Cat "Ce n'est pas une vie" 10. – Pussy Cat : "Ce n'est pas une vie" (45 tours EP)
RCA 86148 (1966) 40 euros*

Un autre morceau yé-yé resté dans mes souvenirs. Lui aussi un peu parodique car il s'agit d'une adaptation française du somptueux "Sha la la lee" des Small Faces. Les paroles sont plus que fantaisistes : " Nous payons beacoup trop d'impôts, ce n'est pas un'vie non, ce n'est pas u'n vie non" avec le refrain "ce n'est vraiment pas une vie" ad libidum. C'était sympa à écouter et pourtant complètement complètement tombé dans l'oubli, sauf sur quelques vieux vinyles...

Disque de Valérie Lagrange 11. – Valérie Lagrange : éponyme (33 tours 30 cm)
Philips P 70331 L (1966) 80 euros*

Cette chanteuse je l'ai vu très peu à la télé, entendue de façon confidentielle sur les radios, mais quelle présence et quel charme... J'étais ado et elle me tapait dans l'oeil, nostalgie, premières émotions...

Disque d'Evariste "La révolution" 12. – Evariste : "La Révolution" (45 tours SP)
Autoproduit CRAC 001 (1968) 60 euros*

Evariste, alias Joël Sternheimer est un personnage étonnant qui m’a toujours fasciné par son destin atypique... J’ai donc réalisé un petit texte résumant son existence anticonformiste (voir la page : « d’Évariste à Joël Sternheimer »). Lors du mois de mai 68 il publia un 45 tours simple lui aussi devenu document historique : le recto est dessiné par Wolinski et les mentions du verso sont aussi emblématiques et restituent l’ambiance du temps... De même j'ai également pu trouver ce disque, en plus dédicacé par Evariste.

Premier disque vinyle de Léo Ferré 13. – Léo Férré : éponyme (33 tours 25 cm)
Le Chant du Monde LDM 4022 (1953) 60 euros

Le premier vinyle de Léo... Mais c'est surtout le graphisme qui en rajoute au niveau nostalgie. Ce disque, pour moi C'EST PARIS ! Grand mystère de la cotation, le prix est relativement abordable alors, un jour... Ce jour est arrivé... en 2012.

Disque de Tony March "Trois en amour" 14. – Tony March : "Trois en amour" (45 tours EP)
Guilain 10006 (1961) 180 euros*

Tony March, je le vois souvent sur les vides-greniers et conventions de disques de la région bordelaise. Le vieux rocky typique avec rouflaquettes et surtout plein de souvenirs... Sa présence constitue pour moi une sorte de lien avec ces années yé-yé que je n'ai pas vraiment connues, du moins la première moitié de la décade. En 60 il se fait remarquer lors d'un radio crochet à Bacalan, zone (très) populaire du port de Bordeaux. Il entame alors une sorte de carrière de vedette locale du rock, à une époque où ils n'étaient pas nombreux. Dans certains concerts Tony rendait les filles folles, une sorte de rituel pour les plus excitées constituait à dévoiler prestement sa poitrine pour que l'idole signe son nom dessus... Dans la carrière cahotique qui suivit de groupes en groupes, il cotoya Johnny Hallyday, Michel Polnareff, France Gall... et puis l'oubli sauf des vinylmaniaques et fans de rock locaux qui continuent à le respecter. Un 33 tours 25 cm et deux EP furent produits par la firme locale Guilain et sont des collectors maintenant parmi les plus chers en France. Guilain a également produit Les Blousons Noirs, autres vinyles très recherchés.

.
Plan du site Vinylmaniaque.com

ACCUEIL Vinylmaniaque.com