. Récapitulatif de l'ensemble des parutions de la rubrique « "Histoires" de disques »

. Récapitulatif de l'ensemble des parutions de la rubrique « Nostalgie des années soixante »

.

Nostalgie des années soixante :
Train électrique Jouef
(+ retour sur les Dinky Toys en bas de page)

Cliquer sur chaque photo numérotée pour agrandir l'image.

Mon vieux train électrique retrouvé en juin 2009 dans le grenier de ma maison familiale...

Mise en ligne 15/12/10

Durant le Noël de l’an 1964 me fut offert par mes grands parents et mon oncle, (ils s’étaient associés car ce type de jouet était un luxe à l’époque), un train électrique qui fut mon compagnon de jeu dans les années qui suivirent. La marque Jouef, et oui, à l’époque il existait des jouets fabriqués en France, était la plus connue pour ce type de jouets. La première boîte basique s’appelait « Sud Express », elle était composée d'une locomotive électrique BB 9201 SNCF, de deux voitures voyageurs inox longues, huit rails courbes, un transformateur Disjoncta. L’intérêt de ce jouet est qu’il est évolutif… en partant d’un circuit basique on pouvait ajouter rails, wagons, motrices, accessoires. Plusieurs convois pouvaient tourner simultanément, les aiguillages, croisements aboutissaient dans des déclinaisons sophistiquées à des circuits très élaborés. A partir d’un certain niveau de complexité du réseau, les pères s’en mêlaient obligatoirement, frustrés qu’ils étaient de n’avoir pas eu de tels jouets… Un enfant jeune pouvait même finalement se faire confisquer son jouet petit à petit et n’avoir le droit que de regarder voire ranger les boîtes ! Donc au fil des années ce train aboutit à la création d’un circuit compliqué avec tableau de commande, aiguillages électriques, gare, etc. Mon frère et mon père, électricien, dont les connaissances furent précieuses, s’en servirent et finalement il devint une sorte de lien familial, du moins pour sa partie masculine...

J’ai donc récupéré la chose, soigneusement conservée et emballée, avec beaucoup d’émotion dans le grenier familial… Pour l’instant, faute de temps et de connaissances en électricité je n’ai pu le faire fonctionner. Mais rien que de manipuler ces wagons, rails etc. m’emplit d’une émotion et me ramène encore une fois en ces temps révolus d’insouciance de mon enfance. Ce Noël de 1964 restera à jamais dans ma mémoire.

1. La toute première motrice de la boîte originale qui me fut offerte en... 1963
Elle produisait un bruit particulier qui la différenciait des autres motrices qui allaient suivre sur le circuit de plus en plus long...
2. Elément essentiel, le transformateur qui va, si tout va bien, permettre de commander le convoi...
3. Au fil du temps et des nouveaux accessoires, des circuits de plus en plus complexes furent réalisés.
4. Cette grosse motrice diesel, je me la suis payée avec mes deniers personnels et vu mon budget de l'époque, ce fut un gros investissement...
5. Ce premier convoi, donc le plus sollicité, reste étrangement en bon état malgré le temps et les épreuves...
6. Les wagons supplémentaires pouvaient s'acheter à l'unité ou par lot
de deux.
7. Ces grands wagons "inox" représentaient le summum du progrès ferroviaire de l'époque... Le TGV n'existait pas encore.
9. Les nombreuses versions de wagons de marchandise permettaient de créer des convois originaux.
8. Aiguillages à main, électriques, croisements, "décrocheurs de wagons"... le choix est vaste.
10. Cette petite motrice à vapeur, dite "de triage" était très pratique à utiliser et aussi puissante que ses deux soeurs pourtant plus grosses.
11. Ce passage à niveau se fermait automatiquement (et brutalement) grâce à un levier activé par le passage du train.
12. Ce guide de montage fut acheté plus tard, il nous permit de réaliser des circuits plus complexes. Il reste un document précieux pour les collectionneurs.
13. Les aiguillages combinés habilement permettaient de réaliser de véritables gares de triage.
14. Des connaissance en électricité sont nécessaires pour "piger" le fonctionnement d'un train électrique...
15. La décoration "paysagiste" était un véritable art où la créativité permettait de choisir son décor.

Retour sur les Dinky Toys

Cliquer sur chaque photo numérotée pour agrandir l'image.

Mise en ligne 01/01/2012

1. Semi-Remorque Panhard
2. Talbot-Lago F1
3. Simca benne basculante
4. Vespa 400 3cv

Lorsque je "patrouille" sur les vide-greniers j'ai toujours l'oeil en coin pour d'autres choses... Hélas ces merveilleuses petites voitures métalliques sont rares, surtout en état correct. Celles qui sont proposées le sont à des prix démentiels vu qu'il s'agit souvent de "ruines". Un seul vendeur "un peu spécialisé", que je connais personnellement, me fournit de temps en temps quelques pièces en état et prix corrects. Pour moi une Dinky Toy doit être porteuse de souvenirs précis : soit je l'ai possédée dans le temps, un de mes copains l'utilisait, etc. Comme pour les vinyles il y a des amateurs de "MINT" soit un état proche du neuf. Dans ce cas le prix dépasse allègrement les 100 euros et encore pour des modèles "répandus" (pour les collectionneurs !) D'autant que nombre de ces "MINT" sont souvent d'habiles restaurations qui, si visuellement sont très réussies, quelle que soit la collection, dénaturent la valeur "historique". On risque donc, si on n'est pas spécialiste, payer au prix fort un modèle dont la valeur est diminuée paradoxalement par sa restauration. D'une façon générale, vous le savez sans doute, laisser en l'état l'objet ancien, restauration, nouvelle peinture égalent perte d'intérêt et donc de valeur pour les collectionneurs purs et durs...
Pour ma part comme beaucoup d'amateurs je me contente de modèles dits "dans leur jus", soit en bon état mais avec quelques marques du temps, écailles de peinture, petits chocs qui témoignent qu'il s'agit d'un jouet et pas d'une maquette et du fait que le temps est passé... A noter que les écailles de peinture sur le zamac des Dinky sont normales car découlant d'un processus chimique lié au temps et qui n'est pas forcément la conséquence d'un choc... Dans ce cas de figure les prix que j'arrive à obtenir vont généralement de 15 à 50 euros... Certains modèles particuliers, porte-voitures, engins de chantier sophistiqués, dépassent ces prix, même "dans leur jus"... J'ai eu récemment l'occasion de faire une visite au salon "Burdigala" du jouet à Mérignac (près de Bordeaux). Là encore on trouve une ambiance proche des conventions de vinyles... Je recommande, même à titre de curiosité, de visiter un tel salon, cela vaut le coup d'oeil ! Vu l'affluence, une fois de plus, l'accès payant se justifie car hélas avec une entrée gratuite la visite serait difficile !
Je vous présente donc ci-dessus quelques petites voitures achetées récemment, qui illustrent les motivations évoquées ci-dessus.
1. Semi-remorque SNCF Panhard (réf 32ab). — Ce jouet assez plaisant d'aspect a pour moi un sens particulier. Dans l'immédiat après-guerre, dans les campagnes (déjà) on supprimait plein de petites lignes SNCF non rentables... Il fut organisé une desserte des anciennes gares par ces camions qui livraient quotidiennement les marchandises lourdes... A l'âge de trois ans je vivais dans un petit village de Dordogne, ma mère y était l'institutrice. Dans les brumes de mes premiers souvenirs il y avait ce camion que j'adorais voir manoeuvrer devant l'école dans un nuage de poussière et de gaz d'échappement...
2. Talbot-Lago (réf 23h). — Je recherche toutes les Dinky Toys "avec chauffeur apparent" je trouve qu'elles ont un côté très sympa... Il existe une auto de course Ferrari ainsi qu'un cabriolet Austin Healey qui me plairaient bien... Autre élément sympa qui met en avant l'aspect "jouet" les énormes roues qui n'ont qu'une fonction utilitaire et ne sont pas à l'échelle du prestigieux modèle... Les roues et pneus sont identiques à certains camions Dinky ! Même si c'est moins spectaculaire que sur ce modèle, les roues de toute la marque sont conçues avant tout dans un but utilitaire, à savoir pouvoir jouer en faisant rouler l'engin avec la brutalité d'un enfant... Donc uniformisation des jantes ce qui donne entre autre cet aspect particulier jouet-maquette qui a pour moi (et tant d'autres) tant de charme.
3. Simca benne basculante (réf 33b). — Les camions bennes Dinky, nous aimions bien jouer avec car on pouvait y mettre de la terre, voire d'autres marchandises pas toujours ragoutantes... Mon petit voisin en avait un, j'ai donc joué avec dans le temps...
4. Vespa 400 3 cv (réf 24l). — Cette micro voiture, déjà évoquée sur le site, sur cette même rubrique "Nostalgie Sixties" était loin d'être un gadget. Beaucoup d'exemplaires circulaient. En tant qu'enfants elles nous apparaissaient à notre taille, un peu comme des jouets en vrai. Je me suis donc procuré la chose en Dinky. Pour info le site ami d'un passionné consacré à "sa" Vespa 400 qu'il entretient avec amour...et humour !

.
Plan du site Vinylmaniaque.com

ACCUEIL Vinylmaniaque.com