Contact Serge...........Retour accueil..
Site localisé dans la région bordelaise



Parmi mes pochettes de disques préférées extraites de ma collection :

16 disques 45 tours singles (SP) + cotations :
« Pop-rock sixties »

J'ai choisi ces pochettes en fonction de critères "affectifs".

Cliquer sur chaque photo pour agrandir l'image.
(*si deux dates de parution mentionnées la première est la sortie de l'enregistrement, la seconde celle du retirage du disque)

Ordre chronologique,

Référence et cotation (attention les cotations s'entendent état neuf, voir le barème dégressif des cotations en fonction de l'état des disques)

Mise en ligne 01/01/10

1. Tommy Steele
« Water Water »
Decca 45F 10923
(1957 pres UK) 20 €
2. The Beatles
« Can't buy me love »
Parlophone R 5114
(1964 . UK) 20 € (ph verso)
3. The Hollies
« Bus stop »
Odéon FS 111
(1966) 15 €
4. Chuck Berry
« Carol »
Chess 196 528
(1959/1967*) 20 €
5. Procol Harum
« Repent walpurgis »
Stateside FSS 628
(1967) 15 €
6. Gene Vincent
« Be bop a lula »
Capitol CLF 508
(1956/196?*) 35 €

7. Melanie
« Bo Bo's party »
Buddah records BLY 610022
(1968) 5 €

8. The shoes
« Don't you cry for a girl »
Polydor S 1282
(1968) 12 €
9. The Doors
« Touch me »
Vogue INT 80 161
(1968) 20 €
10. Norman Greenbaum
« Spirit in the sky »
Reprise RV 20237
(1969) 7 €

11. The Rolling Stones
« Honky tonk women »
Decca 79 063
(1969) 10 €

12. Delaney and Bonnie
« When the battle is over »
Elektra INT 80189
(1969) 15 €
13. The Variations
« What's happening »
2 c 006-10405
(1969) 15 €

14. Spooky Tooth
« I'm the walrus »
Island L 6014 023
(1970) 25 €

15. Free
« All right now »
Island M 6014 016
(1970) 5 €

16. Black Swan
« Echoes & rainbows »
Polydor 2056 074
(1971) 8 €

1. — Tommy Steele, préfigurateur du courant pop-rock... en plus les mentions de la pochette papier de cet original anglais sont vraiment porteuses de nostalgie.

2. — Nostalgie là aussi pour ce single anglais, on constate que la présentation (pochettes papier identiques «Parlophone») est moins esthétique que les tirages des EPs français, mais il s’agit-là de la toute première configuration dans laquelle les jeunes anglais découvrirent les premiers les Beatles...

3. — Les Hollies, on entre dans le «bubble gum rock» mais à l’époque ce morceau était très «in» de plus ce groupe, si on écoutes ses rares albums publiés en France était vraiment intéressant.

4. — Chuck Berry... un des plus grands qui revint au devant de la scène sixties par le biais de retirages lors de la première période dite «rock and roll revival» qui fut suivie par plein d’autres retours au sources jusqu’à nos jours d’ailleurs tant ces artistes rock originaux sont toujours écoutables...

5. — Procol Harum produisit ce long instrumental un peu méconnu mais qui reflète bien certaines recherches musicales de l’époque.

6. — Ce Gene Vincent avec son classique «Be bop a lula» fut lui aussi réédité dans les sixties lors du courant «revival».

7. — Melanie cassa la baraque une nouvelle fois dans le style pop commerciale avec son «Bo Bo’s party».

8. — The Shoes était un groupe allemand peu connu en France, à l’époque j’aimais bien...

9. — Ce «Touch me» des Doors me plaisait pas trop par rapport à leurs compositions habituelles, curieusement j’ai tout de même acheté le single, c’était quand même les Doors !

10. — Ce «Spirit in the sky» était très très inspiré par le style Canned heat «On the road again» qui a également inspiré ZZ Top... Mais c’était et reste toujours sympa à écouter.

11. — Lorsque «Honky tonk woman» sortit on était en plein dans la période «rock revival» déjà évoquée, opportunément après les errances psychédéliques style «Satanik majesties» les Stones revinrent à leur style de prédilection avec ce morceau fabuleux, leitmotiv de l’été 69...

12. — Delaney and Bonnie étaient surtout connus par les «spécialistes» relativement à leurs expériences musicales où ils se retrouvaient avec divers musiciens de grande renommée «Delaney and Bonnie and friends».

13. — Les Variations à la fin des sixties étaient quasiment le seul groupe français vraiment dans la mouvance pop-rock anglo saxonne.

14. — L’adaptation de «I’m the walrus» des Beatles était vraiment fabuleuse, quel son ! Dommage que le reste de l’album the Last Puff n’était pas au même niveau, dans ce cas il valait mieux n’acheter que le single...

15. — Encore un succès qui passait bien dans les Juke Boxes de la fin des sixties.

16. — Ce Black Swan masquait un chanteur emblématique des sixties, importateur du Madison en France, Billy Bridge. Il a démontré en vendant sous un pseuso anglais un million de singles et en faisant des bides sous sa véritable indentité un certain snobisme qui voulait qu’à l’époque on n’achète de la pop qu’uniquement dans la langue de Shakespeare...

.
Plan du site Vinylmaniaque.com

ACCUEIL Vinylmaniaque.com