Contact
vinylmaniaque.com
. Récapitulatif de l'ensemble des parutions de la rubrique « "Histoires" de disques »

. Récapitulatif de l'ensemble des parutions de la rubrique « Nostalgie des années soixante »

.

Nostalgie des années soixante (n° 19) :

Souvenirs des Noëls anciens, sept vieux jouets...

01/12/2019

Je débute cette évocation par deux jouets en tôle emboutie. Ils ont la particularité d’être relativement simples au niveau conception et taille. Malgré le prix élevé des jouets anciens ils restent abordables. J’ai payé le premier 15 euros (vide-greniers de Mornac, Charente-Maritime) et le second 5 euros (brocante de Rauzan en Gironde). L'aspect "métal" rendait ces jouets bien plus réalistes que nombre de créations actuelles certes fidèles au niveau reproduction mais généralement fabriquées en plastique…

Grue « Vebe », 1950-1951, cotation de 20 à 30 euros… (suivant le lieu de vente). Je ne connaissais pas cette firme dont le nom est gravé sur cette grue. Ce n’est pas surprenant, en ces temps lointains de nombreuses petites manufactures françaises fabriquaient des jouets. Ainsi dans le cas qui nous intéresse Victor Bonnet rachète une manufacture de jouets en 1919. La dénomination devient « Bonnet frères successeurs » et vers les années 1950 les jouets en tôle produits sont estampillés « Vébé ».

Infos sur les photos suivantes en bas de page.

1
2
3

4
5
6

Photo 1 / Voiture « commerciale » à clé, 195 ?, cotation 20 euros… Ce jouet en tôle a bien une marque gravée sous sa carrosserie. Mais la rouille m’a empêché de déchiffrer le logo… Si certains connaissent… Il ne représente aucun véhicule particulier, indice d’une fabrication ancienne.

Photo 2 / Autobus Panhard Somua, Dinky Toys (29 D ? pas de référence mentionnée sous le jouet), 1952-1959, cotation état neuf sans boîte 100 euros, en état « a joué mais pas trop » autour de 45 à 55 euros.

Photo 3 / Berline Peugeot 403, Dinky Toys 24 B, 1956-1959, cotation état neuf sans boîte 90 euros, en état « a joué mais pas trop » autour de 40 à 50 euros. La 403 était une voiture de notable, docteur, commerçant… La gamme Peugeot de l’époque, comportait des autos relativement gamme haute.

Photo 4 / Berline Simca Versailles, Dinky Toys 24 Z, 1956-1959, cotation état neuf sans boîte 90 euros, en état « a joué mais pas trop » autour de 40 à 50 euros. Mon oncle possédait une de ces Versailles qui rappelaient (de loin) les prestigieuses voitures américaines qu’on voyait au cinéma. Ceci dit, si elle « en jetait » au niveau carrosserie, au niveau motorisation c’était une péniche…

Photo 5 / Berline Simca Chambord, Dinky Toys 24K, 1959-1961, cotation état neuf sans boîte 100 euros, en état « a joué mais pas trop » autour de 45 à 55 euros. Une extrapolation plus luxueuse et puissante de la Versailles. J’ai eu l’occasion de voir le général de Gaulle passer devant moi lors d’un défilé à l’arrière d’une énorme Chambord noire « spéciale » allongée et décapotable.

Photo 6 / Berline Simca 1000, Dinky Toys 519, 1962-1970, cotation état neuf sans boîte 80 euros, en état « a joué mais pas trop » autour de 30 à 40 euros. Les plus jeunes connaissent cette voiture populaire grâce à une chanson des Chevaliers du Fiel. Entre parenthèses les ébats évoqués étaient plus que difficiles dans une voiture si petite voire impossibles si on est de grande taille. Lors de sa sortie les gens la surnommaient « la caisse à savon » car son esthétique déplaisait. Une sorte de Dauphine mais au formes « carrées ». Mon cousin avait une vieille « Mille » comme première voiture. Un soir, rentrant « fatigué » d’une soirée il dérapa un peu (mais c'était tout de même trop) dans un virage. Le bas-côté hélas comprenait une borne hectométrique, certes de petite taille mais bien dure et solidement plantée dans le sol. La rencontre de cette dernière et de la roue avant gauche de la Simca fut très « conflictuelle » on s’en doute. un effet "tremplin" lança la petite voiture dans une série de trois tonneaux qui la détruisirent. Heureusement mon cousin n’eut que quelques bosses. Une grande chance car ces véhicules, indépendamment de l’imprudence de leurs chauffeurs, étaient très dangereux. Comme on disait à l’époque « la Mille, elle grimpe aux arbres ».

Le président Rosko... celui qu'il vous faut !
01/04/2020

1
2
3

4
5
6

Le mois dernier j’ai évoqué un visiteur régulier Suisse du site Thomas S. De nouveau un autre cyber ami, Michel R. lui français m’a rappelé l’émission mythique de RTL « Minimax » et surtout son célèbre animateur le président Rosko. Il m’a notamment écrit : sur RTL une émission évoquait, dans la foulée du film « Good morning england » les radios Pirates des années soixante, notamment  « Radio Caroline ». A l’époque on était nombreux à ne pas capter cette radio confidentielle. Mais plus tard je me rattrapai en écoutant un disc jockey transfuge de cette radio, le président Rosko, dans son émission « Minimax » (photo 3). Le slogan majeur était « minimum de bla-bla maximum de musique ». Pratiquement que de la pop anglaise, c’est là que j’ai découvert tous les groupes anglais. Je t’expédie à ce sujet des photos souvenirs de cette émission. Tu écrivais à RTL et en retour tu recevais ce macaron (photos 1, 2).

Michel m’a parlé aussi de ses vaines tentatives auprès de RTL pour essayer de récupérer les fameux jingles de l’émission et bien sûr de contacter le président Rosko…

Pour ceux qui sont plus jeunes une brève biographie de ce disc jockey très remuant. Il doit maintenant avoir 77 ans… Il se nommait en fait Michael Pasternak et est né au USA. Après pas mal de pérégrinations entre les USA, la France, l’Angleterre il devient vraiment connu lors de son passage, de 1964 à 1966 sur la célèbre radio pirate « Radio Caroline » sous le nom de « Emperor Rosko » en tant que disc jockey (photo 4). Cette radio ainsi que d’autres, émettaient sur des vieux cargos ancrés à la limite des eaux territoriales britanniques. Des cabines étaient transformées en studio et les mats supportaient les antennes. Elles étaient captées sur les cotes françaises et anglaises de proximité, voire un peu plus loin, vers Londres et Paris on peut imaginer une écoute faiblarde.

Ces radios et notamment Emperor Rosko ont inspiré le film a succès « Good morning England ». Rosko, en 1966 finit sur Radio Luxembourg, en voie de modernisation sous le sigle RTL. Afin de concurrencer Salut les copains, à partir de fin 66 démarra donc l’émission du président Rosko « Minimax ». Malgré son succès cette émission eut finalement une existence brève, jusqu’aux « événements » de mai 68… Ce DJ déjanté avait un style très particulier. Il ponctuait ses interventions de slogans genre « Le président Rosko, le plus beau, celui qu’il vous faut » ; « Le président Rosko, le plus beau, celui qui marche sur l'eau » ; « Minimum de blabla, maximum de musique » etc. Vidéo du président Rosko en action CLIQUER ICI

Michel avait commandé un autocollant « Minimax ». Pour ma part j’avais acheté la mini radio porte-clés du président Rosko ( !) Il fallait là aussi écrire à RTL, avec un chèque et on recevait un petit récepteur radio qui lui ne recevait… pas grand-chose question signaux radiophoniques… (photos 5 et 6). Au point que je m’en suis débarrassé quelques années plus tard. Avec le temps passé vous vous doutez que ce petit truc en plastique rouge et blanc me manque. C’était certes proche de l’arnaque, mais de nos jours encore cet objet serait maintenant porteur de nostalgie…

Estimation gratuite de vos disques vinyle

Cotations en ligne de 8 000 disques vinyle
(Mise à jour le 28 août 2011)

Autopsie d'un vinylmaniaque

Listing de plus de 4000 disques de ma collection

Réponses aux questions que vous me posez
sur la collection de disques vinyle

135 galeries de photos de pochettes de disques
(certaines avec les cotations)

Mes mythes sixties

La pêche au vinyle (fichier PDF)

Histoires de disques  / Éditorial

Ressemblances musicales ou plagiats ?

Lectures pour vinylmaniaques (Livres et brochures)

Annuaire Vinylmaniaque.com  sites dans
l'esprit du site, consommables, pochettes plastique,
saphirs, vente vinyles, musique sixties pop, rock, chanson...

Vente de disques de particuliers à particuliers

"Histoires" de disques...

Vinylmaniaque.com : audience

Vinylmaniaque.com :dans la presse, médias


NOSTALGIE DES ANNEES SOIXANTE
Galerie de meubles miniature

Plan du site