vinylmaniaque.com
@Contact :
vinylmaniaque@orange.fr
. Récapitulatif de l'ensemble des parutions de la rubrique « "Histoires" de disques »

. Récapitulatif de l'ensemble des parutions de la rubrique « Nostalgie des années soixante »

.

Parmi les disques de ma collection :

25 cms "collectors"

01/03/2020

(*) Les cotations mentionnées s'entendent pour des vinyles en état neuf, dans le cas contraire un barème "d'usure" doit être appliqué. Les disques sont présentés chronologiquement. Lien vers la grille codifiant l'état des disques.

Pour accéder aux photos ci-dessous en très haute définition,
réaliser un diaporama...

« Collectors » le terme est peut-être prétentieux. J’ai simplement rassemblé ici des 25 cms justifiant des cotations supérieures à 60 euros (en état neuf). Cela peut donner une idée des différentes choses rares qu’on peut dénicher sur ce format de disque. Une autre chose que je tiens à rappeler : j’ai toujours acheté ces disques nettement en dessous de leur valeur « officielle »… Plus l’estimation est élevée plus elle fluctue au niveau des achats concrets. Ils ont donc tous été déjà présentés sur le site au fil des achats et des années. Seuls deux d’entre eux (images 7 à 12) sont décrits sur trois images car achetés récemment. Ne pas oublier également qu’un grand nombre d’autres 25 cm justifient des cotations allant de 40 à 60 euros qui ne sont pas anodines non plus.

Commentaires relatifs à ces disques en bas de la page, sous les photos

1
2
3

4
5
6

7
8
9

10
11
12

13
14
15

1.   Sydney Béchet, Vogue LD 026 (1950), 100 euros* / Ce disque appartenait avec quelques autres à un personnage exceptionnel que j’ai eu la chance de rencontrer. Après son décès j’ai pu récupérer quelques-uns de ses vinyles dont ce disque rare de jazz « après-guerre ».

2.   Léo Ferré, éponyme, Odéon OS 1038 (1953), 115 euros* / Plusieurs disques de ce chanteur que j’apprécie beaucoup vont suivre. J’oriente souvent vers lui mes recherches, j’ai carrément une petite collection « Léo Ferré »… En plus on conviendra que les pochettes sont très belles… Là on a son premier 25 cm.

3.   Léo Ferré, « Léo Ferré chante », Odéon 1086 (1954), 80 euros* / Ce nouveau disque a également une belle pochette. Je l’ai payé 25 euros à la belle brocante hebdomadaire de la place Saint-Michel à Bordeaux.

4.     Bill Haley and his Comets, « Live it up », London H-APB 1042 (1955), 130 euros* / Trouvé au vide-grenier de Jonzac en Charente-Maritime. Ce disque est classé par le magazine « Juke box » parmi les 100 33 tours les plus mythiques pour les collectionneurs.

5.   Léo Ferré, « Chansons de Léo Ferré », Le chant du monde DL M 4022, (1956), 70 euros* / C’est le premier de ces disques 25 cm « à dessin » que j’ai pu dénicher. Pas facile à trouver, je n’imaginais pas à l’époque que je pourrai ensuite trouver tous les autres disques de Léo Ferré que je présente ici.

6.   Dalida, « Les enfants du Pirée », Barclay 80 125 M (1960), 75 euros* / Les 25 cm de Dalida matérialisaient ses débuts, elle n’avait pas encore droit aux 30 cm. Ses fans les recherchent, ce qui joue sur les prix… J'ai au moins un autre 25 cm de Dalida avec également une cotation élevée, mais bon plus de place sur cette page...

7, 8, 9. Boris Vian, « Chansons possibles et impossibles », Philips N 76.042, (1956), 440 euros* / J’ai déjà évoqué la découverte de ce disque. Pour moi il est dabord important par le symbole qu’il représente. Un des rares rescapés des 500 exemplaires que Boris Vian tenta de commercialiser sans succès. Il contient ses chansons les plus réussies et donc « Le Déserteur » première version enregistrée. Une personne ayant lu la page où j’évoquais mon envie de le posséder me l’a proposé. Bien entendu le prix demandé était élevé ce qui fit que je pensais avoir vraiment peu de chances de le trouver un jour dans une de mes bibliothèques « vinylistiques »… Pourtant il y a quelques mois, à la convention du disque de Bordeaux, pour 45 euros…

10, 11, 12. Léo Ferré, « 8 chansons nouvelles », Odéon OS 1126, (1956), 90 euros* / Encore « un » Léo Ferré… Cette fois-ci une photo mais complétée par de belles lettres dessinées.

13. Vince Taylor et ses Playboys, « Le rock c’est ça », Barclay 80159 S, (1961), 90 euros* / Le rocker classique des débuts, bardé de cuir… Les fantasmes d’ados du baby boom résumés avec un seul disque…

14. Barbara, « Barbara chante Jacques Brel » CBS OS 1266, (1961), 80 euros* / Je l’ai déjà évoqué sur le site pour moi « le » disque de Barbara c’est le 25 cm « Barbara à l’écluse ». Les 25 cm présentés ici me rendent plein d’espoir, il faut y croire, un jour peut-être. Toujours est-il que la découverte de ce disque "chante J. Brel" c’est déjà pas mal. Un gars qui vendait du rock et pour qui les autres vinyles… n'avaient que peu d'intérêt m’a dit qu’il pensait (avec raison) que « c’est un collector » mais il me l’a pourtant cédé pour une dizaine d’euros.

15. Rocky Volcano et ses Rock n’ rollers, Philips B 76.525 R, (1961) 90 euros* / Encore un truc que je n’aurais jamais imaginer posséder… « Juke Box » magazine lui attribue une cotation bien plus élevée. Pour ma part, après de longues recherches je le vois plutôt autour de 90 euros en « mint », ce qui n’est déjà pas mal et reflète le marché actuel. Dans un look scénique légèrement différent que sur le vinyle précédent, la touche française, encore un personnage emblématique de l’aube des swinging sixties. Et puis ce nom, Rocky Volcano, fleure bon les quartiers populaires des grandes villes, les blousons noirs...

J’en ai quelques autres du même acabit mais bon, il ne faut pas faire des pages trop longues sur le web. Je vais toutefois mentionner trois 25 centimètres des pays de l’Est que j’avais échangés avec Georgi, un cyber contact bulgare. Edith Piaf fut produite par le label russe Melodia début années soixante. Je possède deux 25 cm sur lesquels les chansons d’Edith sont précédées d’un commentaire en russe. L’aspect « réaliste » de la chanteuse permettait de présenter la France comme un pays où régnait la misère régnait, contrairement au "paradis soviétique" de l’époque. Dans le même esprit j’ai également un 25 cm d’Yves Montand. Sous une rude papier genre kraft avec un gros "CCCP" ce soutien (à l’époque) du Parti communiste français présentait lui aussi ses chansons. Ces disques, de vraies curiosités en France ont été difficile à estimer. Je pense autour de 70 euros* chaque, s’il en existe encore… en "Mint" (état neuf parfait).